Cahier technique

Décembre 2005

Notes photographiques prises (de temps à autre) à l'atelier, ces derniers mois, en marge de la ReFeRe.

Le réseau : Le tour de plaine en décembre 2005
Page d'accueil. Page principale. Glossaire In English État des lieux en juin2005

  Soudure, fer à souder... il s'agit d'alourdir la petite loco 020 "Ms", un peu mal en point et  très encline à planter un chou sur les voies - pourtant impeccables (?) - de la ReFeRe. De l'étain, donc, faute d'uranium appauvri, en barres (collées à la colle à bois le long  de la chaudière) ou moulé en place dans des appendices pairs longitudinaux à placer sous la caisse, tout au bord. Le "moule" est en carton, peint à l'acrylique. Il supporte très bien l'opération, sans crier ni même fumer. Ce qui dépasse sera limé.

La loco sera remise en service et fera la preuve de la force de son caractère... Bref, grâce à sa bonne bouille, elle servira surtout de sujet pour les photographes.

La façon de construire les wagons n'a pas varié : plancher, parois latérales et dossiers sont découpés dans une feuille de Canson Arches 300 g satin (pour les aquarellistes exigeants), les pliures sont marquées et la peinture est appliquée au rouleau.

Ici, un futur engin spécial à base de porte-rouleaux de feuillard (?), le chargement (échelle N) étant conservé.

Les pièces rapportées sont préparées à part.

  C'est très spécial et très complexe, avec une cabine donnant sur un couloir, une sorte de galerie latérale (véranda ?) devant des trémies surplombant des turbines, un passage à droite... Plus un bras (blanc). À quoi ça peut servir ?

En tous cas, on aura pris soin de décorer l'intérieur avant de fermer la paroi et de la coller.

Le résultat : un très intrigant véhicule, qui se croit photogénique. Il est lié par deux tuyaux à un porte-réservoirs : il récupère quelque-chose de liquide ou de poudreux, ou il injecte une substance ou il nettoye, ou ?

Atelier de peinture : pose de la première couche. Après séchage, un coup de papier de verre très fin. Puis repeinture, etc.

Atelier de découpage (c'est dans n'importe quel ordre !)

Il n'y a pas que les wagons à construire. Ici le centre commercial de la gare de Noir. Carton vergé (pour encadreur exigeant) et autres qualitéset épaisseurs.

Peinture avant collage puis retouches, patine générale, mise en place de bidules de superdétaillage, très souvent de petits tronçons - voire des rondelles - coupés (bien droit) dans de la gaine de fil électrique. Plus des "réclames" découpées dans des emballages.

Sur un réseau, le modéliste exigeant a besoin de sciure. Telle quelle pour figurer des restes de végétation, un sol râpeux... ; la sciure est versée en pluie sur le substrat enduit de colle ou soufflé avec un tube (notre "canon à particules"). Ou en mastic, liée par de la colle diluée, pour colmater, enduire... ; application au couteau à palette (de peintre), ponçage et percement possibles une fois sec.

Le modéliste paresseux récupère dans un pot la sciure de ses divers bricolages domestiques, voire en emprunte à son ami menuisier. Mais le top, c'est la fabrication ad hoc, avec un bois choisi (densité, couleur, etc.).

Le carton (gris, blanc, bois...) est la matière première de râpures et poudres très utiles, utilisables comme la sciure.

Quant auxs particules de pierre, dont on ne saurait se passer, elles s'obtiennent soit au marteau (sur une enclume) et aux tamis, soit, pour la farine très fine, par percement de trous dans un bloc - à la grosse perceuse à percussion, pas à la Dremel.

À suivre

A.F.


Pages déjà anciennes mais durables : Quelques considérations sur la peinture..., sur la fabrication de wagons...,

Page d'accueil. Page principale. Glossaire In English État des lieux en juin2005