la ReFeRe

Retour à la page principale

Album n°8 (au-delà de la zone urbaine et industrielle, état en août 2001)

Nous sommes hors la ville mais on ne dira pas en pleine campagne !
Géomorphologiquement, ça ne change pas beaucoup : on est sur une pente, le sol est friable, le paysage - sans les constructions de toutes sortes auxquelles on est habitués - est vide et monotone. Botaniquement, c'est nul : pas un végétal digne de ce nom ne peut s'implanter ici (les agro-forestiers coopérants et autres expatriés ont tous sombré dans le désespoir).
Bref, à part essayer d'y installer un camp militaire, on peut seulement y faire passer des voies de chemin de fer (ce qui est tellement mieux !). Et, respectant un schéma imprimé dans leurs gènes (à moins qu'il ne s'agisse d'un compromis réglant une âpre concurrence), les anciens ont tracé une voie supérieure, une voie moyenne et une voie inférieure, ici aussi. Et plus loin, ce sera pareil. C'en est quasi modulaire !

A droite, on le craignait, cette vue de près (prise juste avant la pose des voies) le confirme, c'est un éboulis de détritus. A côté d'une lagune où stagne un liquide résiduel. La tentation est grande, en effet, de profiter de la configuration du terrain pour venir vider là quelques wagons de trucs embarrassants, voire se débarrasser de wagons irréparables ou trop pollués.

Plus loin, c'est moins pire - dans l'état actuel de la décoration. On voit une faille : c'est la jonction des deux modules de 80 cm, facilement séparables (en cas de déménagement). La roche-mère est constituée de sopalin imprégné de colle à bois, sa blancheur est vite altérée de gris (râpure de carton gris ou le même carton mâchonné), de chamois clair (poudre de pierre locale plus ou moins fine, râpure de carton bois...) en plusieurs couches.

Voilà comment se présentaient les lieux au moment de la création du monde : plaque de base (voir Album n° 2), couples et infrastructure de la voie en carton.

A un âge géologique plus avancé, la "montagne" se fait habiller d'un treillis en carton qui sera recouvert de papier à photocopie. Anachroniquement, un passage à crapauds (ou un écoulement) est déjà construit, en grosses plaques de "concrete", on n'y échappe pas. Qu'y aura-t-il au premier plan ? Un mur abrupt, une pente, un dépottoir, une plantation expériementale (d'OGM - qui irait les chercher là ? Quoi espérer voir pousser d'autre ?)... Nul ne sait, mais les (re)visiteurs de ce site seront les premiers informés.

Vers l'Album n°9, Retour à la page principale