la ReFeRe

Retour à la page principale

Album n°12 (L'au-delà, c'est ça)

La coulisse du réseau est habillée en carrière (ou mine) abandonnée et réinvestie par les circulations multiples gérées par le ReFeRe. Des circulations souterraines (en bas), vues en tranche (une prouesse photographique ?) ou épigées : tout en haut, un wagon délabré patiente sur une voie qui, jadis, desservait des trémies ou un concasseur. Mais on ne dispose d'aucune vue de cette époque.

A gauche, l'extrémité du réseau et les courbes (serrées) des voies principales (en bas) et du tronçon  supérieur (ça vient d'une galerie et butte sur un mur. Sans utilité mais complexe. Le lieu a vocation pour être un affreux dépottoir, d'autant qu'aucun éclairage n'est prévu. Pourtant, non, c'est juste sale. A-t-on fait le ménage en prévision du reportage ?

Contre-plongée vertigineuse. Où est la voie ? A la peinture...

En quoi sont ces éléments architecturaux ? En carton, évidemment. Sauf le tuyau en baïonnette, qui fut une paille à boire.

Pendant ce temps-là, au-delà du "séparateur scénique" en forme de mur de fosse, on vaque... sans que la foule des travailleurs masque le plan des voies.

Rappel : l'échelle est (à peu près) le 1/87e (H0), la voie utilisée est prévue pour l'échelle N (écartement de 9 mm).

Février 2002

Vers l'Album suivant. Retour à la page principale