la ReFeRe

Retour à la page principale

Album n°14 (dans les coulisses, tout au fond)

On l'a compris avec l'Album n°12, les voies cheminent, tout au long de l'emprise du réseau, dans des galeries. Les modélistes qui ont recours à ces "voies cachées" les appellent "coulisses" et ne les montrent qu'à leurs proches, vu que l'ambiance y est franchement au contre-plaqué brut et aux fils électriques dans tous les sens. Que s'y passe-t-il ? Rien, si ce n'est, trop souvent, un déraillemement.
Ici, il semble bien qu'une vie a pris possession de cet espace, par ailleurs soigné comme une autre face du réseau. Des plaques et des profilés de concrete trainent entre voie et paroi... Personne ?

Suffit de connaître l'endroit pour pouvoir surprendre des travailleurs très affairés, occupés autour de trois établis à manipuler des rondelles. Des rouges, des blanches, des vertes luisantes, des percées et des sans trou. En tas, par terre... C'est dangereux (les trains passent très très près et qui sait en quoi sont ces rondelles...) et bruyant mais, comme dit le malem de cetre unité de récupération-production crypto-troglodite, on ne vas pas vous installer un atelier clandestin avec la clim, moquette et vue sur la mer !

En tous cas, c'est très bien desservi par le rail. Des convois s'arrêtent ni vu ni connu (les mécaniciens seraient complices ?) pour décharger les rondelles à traiter (quel traitement ?) et emporter le travail fini (et les travailleurs épuisés).
Ce cliché exceptionnel a été pris exactement au passage, sur la voie supérieure, d'un un train de voiture de voyageurs de très belle allure, sauf  celle de droite, grise à filet rouge et à plate-forme centrale, qui supporte très mal son empattement long. Les laborieux rondellistes de l'étage en dessous ne bronchent pas, confiants dans la structure indestructible (parois, consoles et plan de voie en carton) de la galerie où ils se font du blé au black en toute discrétion.

Mars 2002

Vers l'Album suivant. Retour à la page principale.