Accueil/home

La ReFeRe (H0e / H0n3)

Nous sommes dans un pays pauvre et sans ressources. Heureusement, les habitants sont ingénieux et industrieux. Ils sont fiers de trois choses : l'invention du concrete, la ReFeRe et leur présence sur Internet.

Le concrete, sorte de fibro-ciment composite minéralo-organique, y est le matériau universel : on en fait les soubassements des voies, les bâtiments , le matériel roulant...

La ReFeRe - Réseaux Ferrés Réunis - est une entreprise ferroviaire très active. Elle est née du raccordement de réseaux à voie étroite (77,7 cm) desservant des carrières, des mines, des entrepôts et, aussi, quelques gares de voyageurs. Son activité principale, actuellement, est le garage, l'entretien, la réparation, l'améloration et la customisation des wagons, des voitures, des autorails, des locotracteurs (tout un parc hétéroclite), de la voie et des bâtiments (notamment les ateliers).

Ces pages présentent la maquette au 1/87e d'une partie de la ReFeRe.

Elle est composée de modules (42 x 80 cm). La voie flexible et les appareils de voie (Peco code 55) sont à l'écartement N. Le matériel roulant est bâti sur des châssis N (diverses marques), tous les éléments du parc sont d'inspiration libre.

Le matériau principal pour l'ensemble (plateau de base du module, supports de voie, bâtiments, ponts, décors, etc.) est le carton, léger, bon marché et facile à travailler et qui rend magnifiquement le concrete. Les couleurs sont des acryliques.

Pages principales du site

Présentation générale (rédigée au début du projet, en 2000)
Visite en Albums (l'évolution de la construction,  illustrée)
Quelques considérations sur la peinture, la fabrication des wagons
Le Glossaire (l'explication de tout)
Le dernier reportage d'un envoyé spécial de TRAINS
Un article magistal sur le carton/concrete dans Ptitrains.

Un état des lieux en juin 2005
Le tour de plaine en décembre 2005

Cahier technique dec. 2005

Une page documentaire sur le Chemin de fer agricole (en 1921)

Directeur-en-chef de la ReFeRe et webmestre : Alain Fraval

août 2004